Ginetta annonce un nouveau châssis LMP1 pour le championnat du monde d’endurance FIA 2018.

Ginetta annonce aujourd’hui la construction d’un châssis LMP1 pour le championnat du monde d’endurance FIA (WEC) 2018. L’annonce fait suite à la publication par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) du nouveau règlement LMP1 2017.

Ginetta a des liens de longue date avec l’ACO ; c’est notamment le constructeur qui a lancé avec énormément de succès la catégorie LMP3 en 2015. Bien que sa proposition de châssis LMP2 à la même époque n’ait pas été retenue, l’équipe de design Ginetta est restée très influente dans les prototypes en passant aux spécifications P1 et en lançant la très convaincante G57 en 2016.  Déjà fort de deux des prototypes les plus compétitifs du monde, la Ginetta LMP3 et la G57, Ginetta a saisi l’occasion d’ajouter une voiture LMP1 à sa gamme.

Le nouveau règlement LMP1 fixé par l’ACO pour cinq ans accorde plus de liberté sur le design des voitures, par rapport à la formule plus contrôlée des LMP2. La Ginetta LMP1 a donc été conçue en partant de zéro, ce qui a permis à Ginetta de s’associer avec des designers et des fournisseurs d’envergure internationale pour créer une voiture extrêmement compétitive. 

En s’appuyant sur l’expertise de ses équipes internes, Ginetta s’est adjoint la collaboration du légendaire constructeur automobile Adrian Reynard pour superviser le développement aérodynamique, aux côtés d’un nouveau responsable de l’aérodynamique qui amènera une expérience LMP1 et sera nommé en temps utile. Paolo Catone, qui a déjà conçu la Peugeot 908 gagnante au Mans, sera également fortement impliqué dans la conception de la Ginetta LMP1.

Lawrence Tomlinson, président de Ginetta : « Je suis extrêmement reconnaissant à l’ACO de cette occasion de courir au tout premier plan et de disputer le podium au classement général.  L’équipe de design Ginetta a déjà largement fait ses preuves avec la Ginetta LMP3 et la G57 qui dominent leurs catégories respectives. Avec l’arrivée d’Adrian et Paolo, les performances de la Ginetta LMP1 vont être extraordinaires. Nous offrons maintenant tous les échelons à nos clients, de la première course jusqu’au Mans, ce que je trouve absolument passionnant. »

Ginetta a par ailleurs confirmé que les pourparlers étaient déjà bien avancés avec le motoriste MECACHROME ainsi qu’avec le fabricant de boîtes de vitesse Xtrac pour la transmission.  La voiture pèsera environ 60 kg de moins qu’une LMP2 et aura jusqu’à 200 ch de plus. Si l’on ajoute à cela les excellents appuis aérodynamiques que la nouvelle équipe est en train de mettre au point, Ginetta est certain de pouvoir aligner l’une des meilleures voitures de la catégorie.

Pierre Fillon, président de l’ACO : « Encore de bonnes nouvelles pour le monde de l’endurance ! Ginetta a déjà fait la preuve de son expertise en créant des châssis très performants dans les catégories G57 et Ginetta LMP3. Cette entrée en LMP1, la catégorie reine de l’endurance, semble donc une étape logique dans l’avancée de Ginetta. L’expertise précieuse des partenaires de Ginetta dans ce programme est également très prometteuse pour le championnat du monde d’endurance FIA 2018. »

Adrian Reynard, propriétaire d’ARC: « Voilà qui séduit bien entendu mon esprit de compétition. L’aérodynamique, la maniabilité et la consommation sont les éléments essentiels de la performance des voitures de course de cette catégorie. Grâce à l’équipe d’ingénieurs très talentueuse et expérimentée de Ginetta, cette concurrente LMP1 va être conçue et construite pour être compétitive au plus haut niveau. Lawrence tient à créer la meilleure LMP1 pour les écuries privées et est déterminé à la produire en série. »

Ginetta ne s’engagera pas officiellement, mais compte assembler dix châssis pour soutenir trois équipes de deux voitures exploitées par des équipes clientes. Plusieurs d’entre elles ont déjà fait part de leur intérêt pour la saison WEC 2018, comme PRT Racing (déjà utilisateur du châssis Ginetta G57) et ARC Bratislava.  

Miro Konopka, propriétaire de l’équipe ARC Bratislava : « Après avoir couru pendant de nombreuses années différents championnats GT à travers le monde, j’ai pu passer aux prototypes grâce à la LMP3 de Ginetta. Nous sommes très excités par ce nouveau châssis qui va me permettre d’étendre mon activité dans le sport automobile pour disputer le WEC et, l’ambition de toutes les équipes et de tous les pilotes, participer aux 24 Heures du Mans. »

Les premiers essais de la Ginetta LMP1 devraient commencer après les 24 Heures du Mans de cette année.